Avertir le modérateur

21 janvier 2007

L'innocent

Lors la mise en scène de son Boris Godounov à Londres, Andreï Tarkovski s’inspirant, pour le personnage maladroitement nommé « l’Innocent » en français, d’une anecdote concernant Staline : celui-ci entendant un soir à la radio le concerto n°23 de Mozart interprêté par la pianiste Maria Yudina, en demande immédiatement le disque. Panique au Kremlin : Maria Yudina jouait en direct et aucun enregistrement n’existe. L’entourage de Staline décide alors d’en réaliser un pendant la nuit mais plusieurs chefs d’orchestre se défilent avant que l’un deux accepte, terrifié. Maria Yudina, quant à elle, reste imperturbable et Staline reçoit le disque tout juste pressé le lendemain. A nouveau charmé par le jeu de la pianiste, il décide de lui accorder une somme de 20 000 roubles. Celle-ci lui écrit alors qu’elle donnera cet argent à son église afin que l’on prie pour que ses crimes contre le peuple russe lui soient pardonnés. Malgré l’offense, Staline refusera qu’elle soit arrêtée. C’est cela la figure de l’Innocent dans Boris Godounov : l’inconscient qui dit son fait au tsar mais que ce dernier laisse vivre afin qu’il prie pour son salut.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu